L’abandon du Grand Récit : réflexion sur la révision de l’identité québécoise dans le dernier tome du roman Les Filles de Caleb

Benjamin Lefebvre

Résumé


Le présent article retrace les changements abordés dans le dernier volet du roman Les Filles de Caleb d’Arlette Cousture, un récit que plusieurs lecteurs/lectrices et téléspectateurs/téléspectatrices ont reçu comme une tranche de leur Histoire nationale québécoise commune. En se penchant sur le statut de la femme, l’effondrement du pouvoir de l’Eglise catholique, la redéfinition du cadre familial et l’élargissement des possibilités identitaires au Québec dans les années frôlant la Révolution tranquille, l’article met en relief la révision du « Grand Récit » que le dernier volet, L’abandon de la mésange (2003), offre à son lectorat francophone.

Mots-clés


Cousture, Arlette

Texte intégral :

PDF


ISSN 1925-0614